Kuna Yala (nom du territoire autonome des Kunas) rayé de la carte du Panama!

Publié le par Michel Lecumberry

  Allez, un petit titre connoté "sensationnalisme" par ci par là c’est excusable, quand même... D’autant que je peux ajouter de suite en sous-titre : L’appellation Kuna Yala a été remplacée officiellement par celle de Guna Yala.
 Le Président de la République du Panama, Ricardo Martinelli, approuvant la loi Nº 88 du 22 novembre 2010 a permis ce changement demandé depuis six ans par les "congresos"*1 des désormais "Gunas".

yandup1Village de Gardi Yandub

  Cette loi reconnait la diversité culturelle et les langues des sept peuples indigènes du Panama. Elle établit en outre la mise en œuvre d’une éducation bilingue dans toutes les écoles publiques ou privées des territoires indigènes et demande aux universités de promouvoir l’ EBI (sigle de l’organisme Education Bilingue Interculturelle).
  Depuis quelques années, des représentants de la culture Kuna et des spécialistes en ethno linguistique de plusieurs pays cherchaient à établir un alphabet Kuna. Ces chercheurs sont arrivés à la définition d’un alphabet de 15 lettres : 5 voyelles (a, e, i, o, u) et 10 consonnes (b, d, g, l, m, n, r, s, w, y). Cet "alfabeto guna " fût approuvé par l’ensemble des "comarcas"*2 kunas le 16 septembre 2010.

horacioMon ami Horacio Barsalo, saïla de Gardi Yandub

  Sur ce blog, à l’avenir, il me faudrait donc remplacer le K par le G dans mes articles consacrés à nos amis "gunas". Toutefois, comme dans les moteurs de recherches sur Internet le mot Kuna est encore en vogue je continuerai de garder la syntaxe habituelle, espérons que les "sagladummad", grands caciques "gunas" (eh ! les gars j’ai bien dit guna hein, avec un g !) ne demanderont pas à leurs shamans d’envoyer quelque mauvais sort pour que mon blog se retrouve avec un essaim de bugs voletant tout partout… De toute façon, l’orthographe des noms propres s’adapte dans chaque langue, est-ce qu’un Sahila pourrait écrire avec l’alphabet chinois le nom de la ville que nous, Français, écrivons Pékin et que lui, Panaméen, (autonome mais Panaméen quand même…) écrit Beijing. Alors, calmos les Sahilas, sinon je vous demande de l'écrire comme en Chine...

 ulu2Gardi Yandub, femmes rentrant au village

Notes :
*1- réunions des sagla (pour garder la phonétique,  s’écrit encore en espagnol saila, toutes les lettres se prononçant, alors jusqu’à nouvel ordre je garderai le terme de sahila, le h a aussi disparu du dernier alphabet)
*2- Comarca (n.f. espagnol) peut se traduire par, région, contrée, territoire etc. En l’occurrence ici il s’agit de territoires. Les territoires Kunas comprennent Kuna Yala (voir article) et en dehors de cette grande Comarca : ceux de Wargandi et de Madungandi ainsi que la région de Dagargunyala.

Commenter cet article