Le Cerro Ancón, un point de vue à 360º sur la ville de Panama

Publié le par Michel Lecumberry

  Avant d'aller la visiter, pour avoir une vue d'ensemble sur la capitale, pas de meilleure solution que de grimper sur le Cerro Ancón, la verdoyante colline dominant la ville et ses environs.

avant2

  Pour accéder au sommet, deux possibilités. Si vous aimez la marche à pied bien pentue et l'observation des animaux, à vous l'ascension pédestre et matinale! Avec un peu de chance, qui dit-on sourit généralement aux audacieux, vous pourrez observer dans la forêt: singes, paresseux, coatis, toucans et même boas, qui agrémenteront (si, si…) votre marche à la fraîche. Comptez environ ¾ d'heure, un peu moins si la peur de rencontrer un beau reptile, pourtant amical, vous pousse rapidement vers la sortie sommitale…

press-tour-3 22904

  L'autre solution: en voiture. S'engager sur la route qui passe devant l'entrée de l'imposant bâtiment de l'Administration du Canal de Panama et peu après la quitter sur la droite au panneau qui indique le Cerro Ancón. Plus loin se trouve une grille qui reste ouverte entre 8 et 16h. Posté dans la guérite, un gardien vous indiquera si le passage est libre, la circulation est alternée sur cette petite route tortueuse et ombragée qui mène au sommet. Il y a une troisième option, pas la pire: vous faire déposer en haut par un taxi et redescendre à pied par le sentier de l'autre versant.

press-tour-3 22884

  Quel que soit le choix du mode d'ascension choisi, vous devinerez que vous avez atteint le sommet lorsque vous vous trouverez au bas d'un drapeau du Panama que quelque Edmund Hillary*1 local et généreux a fiché en terre tout là-haut. Généreux, car le tissu tricolore et étoilé qui flotte au vent est bel et bien le plus grand du pays, la taille d'un terrain de basket-ball!

  Des miradors ont été aménagés pour que la vue à 360º soit rendue possible sans avoir à grimper au mât, ce qui par ailleurs exigerait de découper un passage dans la clôture circulaire qui en bloque l'accès. Pensez, quelque collectionneur de "plus grands drapeaux du monde" pourrait venir la nuit pour décrocher le symbolique emblème. C'est le seul drapeau officiel du pays qui n'est pas amené le soir à dix-huit heures, il le sera une seule fois dans sa vie, quand il faudra le brûler pour le remplacer.

avant1

  Bon, commençons le tour d'observation. Au sud, pourquoi le sud? Ben, je suppose que vous n'avez pas pris une boussole dans votre sac à dos "Anapurna" et je veux vous éviter de démonter le GPS de votre voiture de location, ça pourrait ne pas plaire à Monsieur Hertz. Le sud, c'est la plus grande étendue d'eau visible du haut de cette colline. On peut faire confiance à Monsieur Vasco Nunez de Balboa, qui lui non plus n'avait pas démonté le GPS de son galion pour traverser à pied l'isthme de Tierra Firme, et baptisa la grande mare découverte le 29 septembre 1513, Mer du Sud.

  Entre l'Océan devenu Pacifique en 1520 par la grâce de Magellan et le pied de la colline dont vous avez fièrement atteint le point culminant à… 199 m d'altitude, vous surplombez le vieux quartier colonial, le Casco Antiguo. Vous remarquez rapidement, les blanches tours jumelles de la Cathédrale du quartier San Felipe et tout au bout de l'éperon rocheux défiant les assauts des vagues pas toujours pacifiques, l'obélisque de la Plaza de Francia coiffé du fier coq gaulois. Tout près de là, les grands bâtiments de l'INAC*2 et de l'Ambassade de France.

cerro-ancon 6539

  Un peu plus à l'est, pour faire contraste avec les vieux immeubles du quartier colonial, les gratte-ciel du nouveau Panama ont englouti les ruines de Panama la Vieja, première ville espagnole détruite en 1671 par le corsaire gallois (parfois plutôt pirate...) Henry Morgan.

cerro-ancon 6526cerro-ancon 6528

  Changeons de mirador et de versant, venons à l'ouest.  Nous voilà surplombant le Canal de Panama. Sur la gauche, le vieux Pont des Amériques et tout à droite les écluses de Miraflores avec en toile de fond le plus jeune Pont de Centenaire souvent embrumé. Au centre, les impressionnants amas de containers en transit et les enfilades de véhicules asiatiques en instance de distribution locale. Bien repérable aussi, le petit aéroport d'Albrook qui laisse parfois s'échapper un moucheron vrombissant animé d'un désir de vol intérieur vers les San Blas ou vers Bocas del Toro.

cerro-ancon 6529press-tour-3 22933

  Après cet instructif et impressionnant tour d'horizon matinal, la visite de la capitale et de ses environs s'en trouvera bien mieux balisée. Rares seront les lieux d'où vous n'apercevrez pas le fameux drapeau perché fièrement sur le Cerro Ancón.

 

 

 

Notes:

1/- Sir Edmund Hillary (1919-2008), alpiniste néo-zélandais, le premier à avoir gravi l'Everest (8848m, plus haut sommet du monde) avec son sherpa népalais Tensing Norgay, le 29 mai 1953.

2/-  INAC: Institut National de la Culture (sauf dans le James Bond, diversement apprécié, Quantum of Solace où le bâtiment a été, pour les besoins du film, transformé en hôtel bolivien, aux grands regrets des panaméens…). Visible à la seconde 54 de cette vidéo montrant le Casco Antiguo.

 aerienne

On peut trouver dans l'article consacré au Cimetière Français quelques références historiques du Cerro Ancón et notamment cette photo aérienne de mon ami Jean-Christophe Henry. Voir article.

 

 

Peut-être bientôt, un futur petit article polémique pour parler de pourquoi:

avant1apres1

Il y a encore quelques mois c'était les vues de gauche et à droite celles d'aujourd'hui.

avant2apres2

Publié dans La ville de Panamá

Commenter cet article