Le Canal de Panama, la grue Titan ou le curieux destin d'un fleuron du 3ème Reich

Publié le par Michel Lecumberry

  Durant la Deuxième Guerre Mondiale, lorsqu’il ordonna la construction des quatre plus grandes grues au monde, Adolf Hitler ne pouvait se douter que l’une d’elles passerait sa retraite à soulever les énormes portes d’un canal qui partageait en deux le pays lilliputien qui avait osé, se joignant aux autres pays de la coalition*1, lui déclarer la guerre.

titan4
  En 1941, lorsqu’elle sort des chantiers de Bremerhaven, la valeur de celle baptisée Titan, fut évaluée à 3,5 millions de dollars, il fallait bien ça pour devenir un des symboles de la puissance de la marine du 3ème Reich. Lors d’une attaque des forces alliées sur Hambourg, l’une des quatre grues fut envoyée par le fond, à la fin de la guerre, les Etats Unis, l’URRS et la Grande Bretagne se partagèrent les trois rescapées*2. C’est ainsi que la grue Titan, la plus grande grue flottante autopropulsée au monde, fut remorquée vers le chantier naval de Long Beach (Californie) en 1946.    Après restauration, pour réparer les dégâts subis à Hambourg, la grue devint un des emblèmes techniques de l’armée des USA. Au bout de cinquante ans de bons et loyaux services, durant lesquels "Herman the german"*3 fût constamment bichonnée par des techniciens conscients de sa valeur historique, elle fût mise à la retraite car le chantier naval devait fermer.

titan6
   Comme cadeau de départ, pouvait-on mieux lui offrir qu’une fin de vie dans un pays où elle pourrait, chaque jour, choisir entre les eaux du Pacifique, de la Mer des Caraïbes ou encore du Lac Gatun pour se tremper le pied. Ses concepteurs, possédant sûrement un don de prémonition hors du commun, lui ont donné les dimensions idéales pour rentrer dans les chambres des écluses du Canal de Panama. La destination de sa maison de retraite était donc toute trouvée, en fait c’est l’Autorité du Canal de Panama qui se porte acquéreur. Mais fallait-il encore la conduire jusqu’ici. A Long Beach, elle est installée à bord d’un navire transporteur semi-submersible et arrive sans trop d’encombres dans la Baie de Panama. Elle est remise à l’eau près du rivage de l’île de Taboga le 31 mai 1996. On la dirige ensuite vers l’entrée du Canal, mais là se présente une réelle difficulté. Le tirant d’air de la grue est de 112 mètres et la hauteur libre en dessous du Pont des Amériques n’est que de 61 mètres au dessus de l’eau (à moyenne marée). Il faut démonter son bras pour que l’engin puisse passer sous le pont, à quelques dizaines de centimètres près, un jour de grande marée basse et pénétrer ainsi dans son futur territoire.

 titan2
  Arrivée à son nouveau point d’attache, la Division de Dragage de la Commission du Canal à Gamboa, il faut remettre le bras en place. Ce ne sera pas une mince affaire, il pèse 287 tonnes, aucune grue disponible ici ne peut réaliser cet exploit. Les ingénieurs chargés de ce travail imaginent alors de se servir de sa propre force, mais il faudra quand même l’intervention simultanée des deux autres grues du Canal, Goliath et Hercules. Après des travaux de remise en conditions et d’adaptation à son futur travail, le 19 septembre 1999, la gigantesque grue effectue sa première intervention, elle remet en place deux des portes des écluses de Miraflores. Depuis, la Titan, qui peut soulever 350 tonnes, est chargée, entre autre, de déposer et de remettre en place périodiquement les 88 portes qui équipent l’ensemble des écluses, chacune étant démontée tous les 20 ans pour des travaux d’entretien et de remise en état. Les portes, construites comme des caissons étanches, sont auto-flottantes. Chacune pèse environ 600 tonnes, leur épaisseur est de 2 mètres et leur hauteur, suivant leur situation sur le canal, varie entre 15 mètres (Gatun) et 25 mètres (Miraflores).   

 titan5
  Sortant de Panama, si vous longez le Canal en direction de Gamboa, lorsqu’elle n’est pas en mission, vous pouvez la voir à son port d’attache en bordure de route. Avec un peu de chance vous pourrez l’admirer à l’œuvre aux écluses de Miraflores, de Pedro Miguel ou de Gatun. C’est bien sûr un spectacle impressionnant.   

titan3
   Les Panaméens ont longtemps ignoré l’histoire de cette grue du IIIème Reich, il a fallu une récente campagne d’information dans la presse initiée par l’ACP (Autoridad del Canal de Panama) pour qu’elle retrouve dans son nouveau pays la renommée qu’elle avait dans le passé. Construite dans un chantier allemand, à peine née blessée à la guerre, active durant cinquante ans en Californie, la vieille dame est venue passer sa retraite au Panama où elle se rend encore fort utile.
 

Notes:
*1- Le Panama rejoint à la coalition le 7 décembre 1941 après l'attaque de Pearl Harbour. Les 8 et 9 plusieurs pays de la Caraïbe se joignent à leur tour.
*2- L’URRS hérite d’une grue non terminée, sa trace s’est perdue depuis. La grue dévolue aux Britanniques n’arrivera pas à traverser la Manche et coule au milieu du détroit. Le USS Papago réussit à remorquer la Titan à travers l’Atlantique, lui fait passer le Canal de Panama et atteint Long Beach en Californie. Sans aucun doute, un exploit.
*3- Le surnom qu’ils donnèrent à la grue rebaptisée par l’US Army "YD-171"

Crédits photographiques:
Toutes les photos de l'auteur sauf photo 3 publiée par cultusaurios.blogspot
La photo 4 prise aux écluses de Gatun. avril 2007

Publié dans Le Canal de Panama

Commenter cet article

Fanfan 27/08/2016 18:43

Merci pour toutes ces explications....En définitive, quelle belle vie pour cette "belle demoiselle"...de faire...le pied de grue !!!!