L'art de la mola des Kunas du Panama (art.3)

Publié le par Michel Lecumberry

3/Caractéristiques d'une belle mola

  Tout d'abord il faut remarquer que c'est l'aspect général de la mola qui va permettre de l'apprécier, le facteur goût personnel va donc prédominer, à commencer par le choix de son motif principal. Mais quelques critères aident à choisir une mola méritant le label "traditionnelle".

mola1a
Oiseaux de nuits, par Venancio Restrepo

  Le motif principal doit être immédiatement identifiable et ne pas être brouillé par les motifs annexes ou par les couleurs avoisinantes. La mola qui, comme une peinture d'artiste, sera examinée avec un peu de recul, doit dégager un équilibre des motifs, et des couleurs ainsi qu’une harmonie générale.
  
Les motifs traditionnels restent les formes géométriques, les sujets inspirés de la nature, animaux et fleurs ou des objets de la vie courante. L'artiste saura toujours y mettre sa touche personnelle. Il y a aussi des sujets d'acculturation, souvent amusants et intéressants s'ils sont traités dans la tradition de l'exécution.

mola12
   Présentées par paire ou sur une blouse, les deux molas doivent traiter du même sujet, avoir une grande ressemblance mais toutefois se différencier par de petits détails de motifs et de couleurs, tout en restant en harmonie.

mola20

   Caractéristiques d’une bonne technique:
- les points de couture doivent être quasiment invisibles: d'une part les fils seront exactement de la même couleur que les tissus, et d'autre part les points seront très fins et resserrés.
- les courbes des motifs doivent être très régulières et non pas une suite de petites droites.
- tous les sillons de couleurs qui dessinent le motif, c'est à dire les découpes une fois ourlées, doivent être étroits et très réguliers en largeur (1,5 à 2 mm maxi).
- toute la surface de la mola doit être utilisée, mais les motifs annexes, rayures, triangles, ronds etc. et les broderies additionnelles doivent mettre en valeur le sujet principal et non pas l'étouffer.
- posée à plat la mola ne doit pas présenter de reliefs inégaux et doit bien sûr être réalisée avec des tissus de bonne qualité.

  Avant l'arrivée des touristes les femmes Kunas cousaient leurs molas par coquetterie, pour orner leur blouse, cela reste vrai pour la quasi-totalité d'entre elles, même celles qui cousent maintenant des "tourist-molas". Longtemps avant chaque fête de la puberté* annoncée les femmes d'un village se mettent à préparer une nouvelle tenue, et cousent à cet effet de belles molas. Après la fête elles porteront encore la blouse de temps en temps, mais un jour voudront peut-être s'en défaire, c'est une bonne opportunité pour acheter des molas qui ont un vécu…

mola19
Une mamie avec deux éventails utilisés en cuisine, remarquer l'anneau nasal et la pipe...

   Toutes les femmes Kunas consacrent plusieurs heures chaque jour à coudre des molas, soit pour leurs blouses soit pour les proposer à la vente. Les jeunes filles commencent à apprendre la technique dès l'âge de 6 ou 7 ans, et il n'est pas rare de voir des grand'mères de 80 ans coudre encore, et souvent sans lunettes…
  
Dans chaque village quelques femmes spécialistes, et quelques hommes raffinés, créent des motifs de molas, interprétant des sujets traditionnels ou innovant avec des sujets stylisés au design moderne, ce sont de véritables artistes. Ces projets seront réalisés ensuite par les femmes de leur entourage et pour certains par eux-mêmes.

mola16
Mola des 3 kamis (pagaies), motif traditionnel.
 

  En 1972, le capt. Kit S. Kapp (venu à plusieurs reprises pour cartographier les San Blas) publie un livre très intéressant (Mola Art) dans lequel figure une étude des différents sujets traités sur des milliers de molas examinées.
Les principaux chiffres indiquaient:
Traditions:24,6%, faune:22,1%, oiseaux:19,8%, acculturation:13,1%, géométrique:12,3%,  flore:5,7%,  abstrait:2,4%.

  De nos jours une pareille étude serait bien moins intéressante à faire car les molas cousues actuellement le sont en grande partie pour répondre à la demande du marché. Les dessins géométriques, les poissons et les oiseaux, ainsi que les sujets d'acculturation dépassent en nombre les sujets traitant de la tradition kuna.
  
Et il y a de plus en plus de "tourist-molas", dont certaines peuvent être très belles, beaucoup plus grandes et réalisées avec une technique irréprochable, la grande majorité représentant des oiseaux très colorés.

inna1inna2
Deux scènes de « Inna Suit », la fête des Quatre Jours*, représentées ici sur ces deux molas récupérées sur une vieille blouse.

Note:
*- La seule fête communautaire chez les Kunas est celle qui a lieu lorsqu'une jeune fille du village devient pubère. Voir articles.

Retour sur l'article précédent

Commenter cet article

Madikéra 11/12/2011 03:44

Bonjour,
Merci pour ces infos sur les Molas - J'en suis fan depuis la première fois où je les ai vus (en Colombie).