Jagua, tatouages tribaux des peuples emberá et wounaan

Publié le par Michel Lecumberry

   Le tatouage est l’une des plus anciennes traditions des peuples  Emberá et Wounaan. Des ethnologues pensent qu’à l’origine les tatouages des hommes étaient des peintures de guerre. De nos jours, hommes et femmes arborent ces décorations corporelles à l’occasion de cérémonies ou de fêtes, généralement accompagnées de danses.
tattoo9   Pour réaliser ces dessins géométriques, les Emberá et les Wounaan utilisent les propriétés du jus tiré du fruit de l’arbre appelé jagua (kipar’á en emberá, k’ipaar en wounaan). Ils peuvent avoir une signification traditionnelle, quelquefois indiquer l’appartenance à un groupe ou bien n’avoir qu’un but purement esthétique. Les shamans peuvent également utiliser la jagua pour soigner des maladies ou pour chasser les mauvais Esprits. (voir l’article sur l’arbre jagua)

tattoo2  tattoo12    Il arrive que l'on voit des tatouages recouvrant entièrement le corps, laissant apparaître peu de parties non colorées. Des femmes, plus rarement des hommes, couvrent toute la partie basse du visage, à partir de la bouche. Il m’a été dit que cette zone du visage est considérée comme particulière (érogène) et que l’on doit s’en tenir éloigné. On m’a également rapporté que si l’homme arbore ce tatouage en laissant une petite "barbichette" non tatouée, cela veut dire qu’il serait amoureux…

tattoo8  tattoo11    Le fruit est râpé et la pulpe obtenue est pressée pour en extraire un jus. Celui-ci est appliqué avec un petit stick en bois effilé (balsa ou bambou), dans certaine villages c’est une forme de petite fourche à deux pointes. Il s’agit de peindre, comme avec un pinceau, avec le liquide bleuté, presque incolore, qui s’oxydera pour réaliser le tatouage bleu-noir au bout de quelques heures.

tattoo10   Cette coloration de la peau est temporaire, elle disparaîtra progressivement au bout de 10 à 15 jours avec l’exfoliation naturelle de l’épiderme. Il faudra recommencer pour la prochaine fête…
 tattoo1    Au cours de visites dans des villages emberá, des voyageurs n'hésitent pas et se font faire un tatouage tribal, c’est une jolie façon de repartir avec un souvenir de ces journées hautes en couleur et toujours très amicales.

Note: toutes les photos ont été prises dans des villages emberá  (Purú et Querá) sauf celle du gamin avec son singe titi prise dans le village wounaan de Puerto Lara.

Publié dans Les indiens du Panamá

Commenter cet article

larissa 11/10/2012 19:54

Merci pour ce voyage passionnant.