Emmanuel Jaffelin aux San Blas. Un philosophe rencontre des sages Kunas (3) Début des entretiens

Publié le par Michel Lecumberry

  La sublime vision aérienne des îles-cartes postales et ce petit déjeuner kuna de remise en selle ont vite fait de nous faire oublier les affres du lever plus que matinal. Nous n'en sommes qu'au troisième café, tiens les merki*1 sont venus ici aussi donner des leçons de dilution… que deux hommes, en tenue kuna d'origine, se pointent sous le linteau surbaissé du minuscule portail, précédés de leurs cannes sculptées. Je connais le premier, feutre noir fatigué porté façon Borsalino, Jejino le Sahila Premier du village précède l'autre visiteur également chapeauté. Pablo fera les présentations, il se nomme Andrés Martinez de son nom panaméenisé, Argar Dummat*2 de son état. Avant que de rejoindre leur réunion dans le Congreso, ils sont venus boire un café mais sûrement aussi pour se faire une première opinion sur le visiteur venu de si loin pour dialoguer. Les kunas ne parlent pas de leurs anciennes traditions au premier venu…

art3-6

                                                      Un sahila en tenue "officielle"

  Ces sages partis vers les échanges hautement savants de leur assemblée de responsables coutumiers des dix villages environnants, éclusé le Xème café, ouverts nos petits sacs à dos dans les cases de bambous et de palmes, nous allons suivre Pablo pour une visite de son village. Le Argar Dummat ne doit revenir qu'à l'heure du repas pour s'entretenir avec Emmanuel Jaffelin.

  Parents et amis de Pablo, Robin le guérisseur herboriste, école et centre de santé, le sympathique slalom entre les huttes resserrées nous mènera vers autant de rencontres étonnantes pour le voyageur étranger. Nous terminerons par deux petites visites qui s'imposaient à moi. La première, pour remettre un gros tube d'écran total et des lunettes à Pablito le sippo*3 neveu de Pablo. Jeune étudiant à Ustupu, le plus grand des villages de Kuna Yala situé à une quarante cinq minutes de pirogue motorisée d'ici, il est venu passer son dimanche en famille. La seconde, afin de distribuer des tirages photos dans la famille où la jeune fille, qui n'a pas encore reçu son nom kuna, subissait lors de ma venue, il y a trois jours, la première épreuve de sa fête de la puberté*4.

art3-3

Pablo et son neveu Pablito

  Retour au lodge, Yacinto, gendre de Pablo mais surtout pêcheur émérite se présente à Emmanuel. Il rentre d'une de ses prolifiques plongées sous-marines et place dans le vivier grillagé langoustes et crabes géants qu'il cuisinera pour nous durant le trop court séjour avec un talent digne de la renommée internationale de ses captures.

  Au moment du café, le sage revient. Nous le laissons déguster tranquillement sa portion de langouste mais il est impatient d'engager le dialogue. D'entrée, très fier de son statut, il nous sert son petit monologue d'introduction.

- Je m'appelle Andrés Martinez, Argar Dummat de Kuna Yala, c'est moi qui suis placé au-dessus de tous les Argar des quarante-neuf villages de la Comarca. J'ai un grand savoir de la tradition et de sa transmission par les chants sacrés.

  Il ajoutera, assis sur un degré de fierté plus haut: Je suis rentré il y a peu de Caracas où j'ai donné à l'Université une conférence sur la Cosmovision du peuple Kuna.

  Je lui présente officiellement "Emmanuel Jaffelin, philosophe-écrivain français", il ajoute alors:

  - Moi aussi je suis très intéressé par la philosophie, j'ai lu (ménageant ses effets) Socrate… Platon… Aristote… et… en un éclair, histoire de mettre un sourire sur ces trois grandes figures austères, je me dis, il va ajouter B.H.L., non quand même pas, d'ailleurs les chaines françaises où l'omniprésent à blanches chemises a pris pension ne parviennent pas aux rares paraboles locales. Il ajoutera un nom, bien qu'étonnant en de cette liste (l'esprit Kuna est loin d'être florentin): Machiavel.

  Il y a quelques jours, lors de son organisation, j'imaginais bien que l'entretien serait intéressant, d'entrée la barre semble posée encore plus haut que prévu. Bien entendu je ne vais pas pouvoir transcrire ici la totalité de ces heures de discussions, ce n'est d'ailleurs pas mon intention*5. Pour cet article, un petit résumé s'impose tout de même.art3-2

Le swastika de la cosmogonie très présent à Kuna Yala

  Au début de l'entretien, durant une bonne heure, le Argar Dummat va exposer la cosmogonie des Kunas. Il survolera le sujet depuis la création de l'univers par Paba et Nana jusqu'au monde actuel dans lequel nous vivons. Entrant dans les détails, il parlera de la dualité de leurs divinités, l'homme c'est Paba l'esprit créateur de l'univers et la femme, c'est Nana la mère de la nature qui, après la Création, pour rejoindre Paba dans la douzième couche supérieure de l'univers, confiera aux êtres humains la protection de la nature. Paba les a créés spécialement pour cette tâche afin que Nana puisse le rejoindre. Nous entendrons parler de ce monde qui a connu quatre fois la mort sous l'action de cataclysmes successifs et de cette cinquième période, dans laquelle nous vivons, organisée par Ibeorgun leur grand Nele*6 prophète.  Il évoquera la venue des autres huit sages qui, par la suite, enseigneront au peuple kuna les différents éléments qui les entourent. Depuis Kubiler, leur premier grand prophète et philosophe, qui expliquera la Nature dans sa globalité jusqu'à Agebondup, une nele femme qui enseignera la mola*7 et le svastika qui partage le monde en quatre élèments.

 

 

(suite)

art3-5

Yacinto rentre de la pêche

art3-1

La jeune fille se fait copieusement asperger la journée durant

 

Notes:

*1- Les étasuniens en kuna (sûrement à connotation style "gringo")

*2- traduction: le Grand Argar (voir Organisation sociale)

*3- le sippo, c'est l'albinos. Ce sujet sera abordé prochainement car c'est le peuple kuna qui présente le plus fort taux d'albinisme au monde.

*4- autre sujet que je vais prochainement aborder ici. Sachez que pour la scène évoquée, la jeune fille qui a ses premières règles est placée dans une petite "case" construite temporairement dans la case familiale. Durant quatre jours, elle sera douchée régulièrement par des femmes de sa famille.

*5- je transcrirai sûrement un jour l'enregistrement fait de cet entretien

*6- quelques grands nele (prononcer nélé) furent les sages fondateurs de la tradition, les nele sont de nos jours les shamans.

*7- voir articles

 

 

Retour sur l'article 1

 

Retour sur l'article 2

Commenter cet article