Découverte du Panama. Circuit de quatre jours "A la rencontre des indiens Kunas et Emberas" (art 3) Chez les Kunas des San Blas (suite)

Publié le par Michel Lecumberry

Jour 2
  Chic! Pas de lever aux aurores aujourd'hui, nous sommes sous les tropiques et qui plus est en bordure de la Mer des Caraïbes… n'allons pas contrarier les dieux kunas qui veillent à la quiétude des lieux. L'eau bruisse sur le sable blanc tout proche et l'alizé s'ébroue doucement ne voulant pas secouer les cocotiers à peine sortis de leur douce nuit. Seule activité notoire, croisant à quelques mètres du rivage, une petite voile blanche entraine sans bruit une pirogue vers le lopin de terre du gars qui la dirige mollement de sa pagaie.

cayuco1Doucement le matin...
  Mais bientôt, de la cuisine familiale, s'échappe un beau parfum de café, Pablo traduit le message: c'est quand vous voulez…
   Ici, pas d'agenda, de planning ou d'impératif rendez-vous, mais la veille au soir on a tout de même tiré des plans sur la comète. Il y a le choix des activités et il faut savoir si la pirogue motorisée sera nécessaire le matin ou l'après midi. Irons-nous d'abord visiter le village voisin le matin, gardant l'après-midi pour quelque séance de plage et plongée sur une autre île déserte, ou bien l'inverse. Plutôt partir vers le continent le matin pour une balade en forêt vers le fleuve, ses cascades et son cimetière riverain, réservant l'après sieste à la visite du deuxième village.

Sur la colline continentale, un cimetière kuna
   Le soir, s'il s'agit du dernier passé ici et si les pêcheurs ont été bons, généralement le cas, Jacinta préparera des langoustes à sa façon. La soirée qui suit est toujours un peu particulière car la proche séparation et le départ de ce petit paradis sont toujours douloureusement ressentis. Mais comme le chantait le célèbre salsero portoricain Héctor Lavoe* dans une chanson non moins célèbre: "todo tiene su final" (toute chose a une fin). Quand il y a des enfants dans le groupe que j'accompagne, nous organisons une "fogata", un feu de joie. Un moment de grande amitié autour des ces myriades de flammèches qui cherchent à atteindre la magnifique voute céleste.

langoustesfogata2Après les langoustes, "Fogata" joyeuse
   Le lendemain matin, autre moment difficile: il faut se lever très tôt, le petit avion qui nous a gentiment déposé ici sera le même qui, sauvagement cette fois, nous ramènera à la civilisation…
  Option: un jour supplémentaire.
   Si le nombre de jours passés à visiter le Panama le permet, voilà une option qu'elle est sympathique! On est sur place, tout se passe bien, alors pourquoi ne pas prolonger cette rencontre avec les Kunas?

ile-deserte   Invitation au farniente solitaire
   A une vingtaine de minutes de pirogue à moteur, se trouve un troisième village, différent des deux autres. La visite est intéressante, le village est un peu plus "équipé", présence d'un petit hôpital et d'un groupe scolaire avec classes de secondaire mais il reste traditionnel.

hamac
   Nous pouvons visiter ces établissements mais également rencontrer des personnages étonnants. Roy, 85 ans, artiste autodidacte qui a consacrée sa longue vie à illustrer en peintures ou sculptures les paraboles de la tradition et de la cosmogonie kuna. Ou encore une mamie qui est la seule à avoir gardé le savoir faire du tissage de hamacs traditionnels kunas et qui, grâce à un autre personnage important, essaye de transmettre ce savoir aux jeunes générations. Lui s'appelle Anceliano, il est professeur d'artisanat traditionnel, rattaché au groupe scolaire. Il enseigne aux jeunes toutes les techniques anciennes, de la confection des molas aux danses ancestrales en passant par la poterie ou encore la construction d'une pirogue. Une visite de sa classe est toujours passionnante, si les jeunes sont là, il organisera pour nous une répétition de danses kunas.
   Retour au lodge pour le déjeuner. Le reste de la journée pouvant être occupé par diverses activités déjà citées, balades sur le continent, plage et plongée sur une île déserte, parties de pêche ou d'autres rencontres dans le village de Pablo. Pour cette option, la soirée prévue le second jour est reportée pour cette dernière fin de journée. Le retour vers la capitale se fait le jour 4 au matin.

Note:
*- Héctor Lavoe. Article Wikipedia. Pour les amateurs de salsa: video1 ou video2

Suite de l'article
 

Publié dans Tourisme au Panamá

Commenter cet article